Combinaisons capillaires. Un détail, dites vous?

Image 7

As Years go by…

Aujourd’hui, après deux mois, douze jours et une nuit blanche de tergiversation, je me suis décide. Faisant fi de mon appréhension du coiffeur, j’ai enfin choisi de saccager le travail de tant d’heures passées jour après jour à parfaire un brushing capricieux… Marre de me sentir capillairement impuissant dans les bourrasques inopportunes du metro, des cheveux dissidents qui font tache sur un costume noir et des réveils ou je me découvre un nouveau look. Fini les cheveux longs, quoi!

Ni une ni deux, je me rue chez le coiffeur du coin de la rue, craignant que mon excès de bonne volonté disparaisse comme il est venu. Au moment ou le dompteur de poils s’apprete à m’attaquer, une question me traverse de l’esprit aux levres: Quid de la somme extorquée pour toucher à mes cheveux? La réponse me les dresse: “85 Livres la coupe avec serviette tiède en application, Monsieur”. La rue m’aura bien vite retrouvé! Je me mets donc à la recherche d’une enseigne moins presentable. Pourquoi pas essayer “Peter and Joe”, ca sonne rosbeef et sans chichis, non?

C’est en entrant dans la taverne que je realise ma naiveté: Entre posters célébrant la beauté de la capillarité noire et clients au look Jackson Five-dans-toute-leur-gloire, je me dis que je ne me suis pas trompé. Sans doute la meilleure maison afro-antillaise de Londres. Comble de tout, le nouveau gérant, Farhad, porte bien son nom! Tentant le tout pour le tout, je prend place… Un peu excité -je l’avoue- à l’idée de confier ma vie, réputation et crédibilité professionnelle à un coiffeur arabe specialisé dans la coiffe exotique .

Je tente de me faire comprendre, en lui montrant comment je me coiffe habituellement. “Ouais, enfin, vous ferez comme vous voudrez. Le deal, c’est: je vous les coupe, vous les coiffez.” Voilà comment se débarrasser d’une prise de tete rituelle au début de toute séance, surtout en pays étranger… Finalement, le résultat est plutot “versatile”, diraient-ils: Selon la marque du gel et la force du vent, la coupe oscille entre crète camdenienne néo punk et brushing conventionnel digne de gens respectables. Qu’est-ce qu’on peut se marrer pour 7 Livres et une tignasse rebelle en moins!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s