The Briton and the Pet

Dog_3

 

Décidément, les Anglais méritent bien leur réputation. Parlons d’abord des animaux. Leur respect est ici un véritable culte, avec son lot de fanatiques, de marketing mais aussi de lourdes sanctions lors du manquement. Quand Harrods n’est pas bloqué par des manifestations “Fur Free” (anti fourrures), le Pet Paradise vend à grand frais des sucreries pour chat, laisses pour Chinchillas en cristaux Swarovski ou meme sex toys canins. Dans le métro, les militants s’emploient à d’onéreuses operations publicitaires: “Little Dog seeks big Love”.

Vivant dans une famille anglaise, mon statut privilégié d’observateur ferait palir de jalousie les plus grands sociologues. Ici, la vie familiale tourne autour des petits bonheurs et grands malheurs de la gente poilue. Faut dire que l’animation est de la partie: Des nuées de perroquets verts londoniens attaquent régulièrement les fleurs sacrées du jardin: Ayons une petite pensée pour George Cornwell qui, en 1887 eut la brillante idée de relacher son couple d’oiseaux exotiques… Cappucino, le chat, saute périodiquement toutes griffes sorties sur la cage de Nesquick le lapin. Une fois l’évidence reconnue (qui dit cage dit grille), Cappucino se replace en position d’attaque et attend l’opportunité fictive suivante. Et encore, ce n’est pas tout. Du coté de la gamelle, c’est bien rock’n’roll aussi. Squikie l’écureuil gris (donc détesté par tout bon anglais, ayant décimé la race Rouge) vient régulièrement manger les croquettes du chat. S’il croise ce dernier, Squikie n’hésite pas a l’attaquer, poussant Julie (la mere, pas celle des ecureuils) à intervenir sous les cris terrorisés des enfants.

Ce matin, bonne nouvelle: Plus de cappuccino. Une voiture aurait-elle rompue la monotonie de la route? Là encore, il faut que ces messieurs les Anglais n’en fassent à leur tete. “parce qu’in a la RSPCA, nous, mossieur!”. La quoi? Comme seule réponse retentit la sonnette de la porte d’entrée: “Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals, please!” Intervention pas meme sollicitée en moins de 10h, s’il vous plait! Après discussion, je comprends un peu mieux le quotidien de ces braves gens à la noble mission: Immaginez des missions qui vont du sauvetage de vaches embourbées au bord de l’éclatement gazeux (véridique!) aux chiens-apporteurs-de-journaux intoxiqués par la colle des prospectus. On croit rever.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s